Osez désirer tout

Denis Marquet



Séquence 2/4 : Le philosophe thérapeute propose une relecture des Évangiles à la méthode socratique, afin d'en dégager la philosophie du Christ. Denis MARQUET est philosophe, thérapeute et romancier. Normalien et agrégé, il a, dans sa première vie, enseigné à l’Université de Paris XII, à Sciences Po Paris et à l’Ecole Supérieure de Commerce de Paris. En 1997, il crée un cabinet de philosophe-thérapeute ; il accompagne dès lors de nombreuses personnes. Son premier roman, Colère, paru en 2001, est un best-seller traduit en 8 langues Son dernier roman paru chez Flammarion, Le testament du Roc, raconte l’histoire de Jésus vue par les yeux de son disciple Pierre. Un de ses derniers essais, La véritable philosophie du Christ : Osez désirer tout (Flammarion), présente l’enseignement du Christ comme une voie de l’abandon à la Grâce qui nous délivre de toute culpabilité et nous ouvre à l’amour.

Troisième dimanche de Carême (A)

Patrick Lens



Evangile du troisième dimanche de Carême (année A)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là,
    Jésus arriva à une ville de Samarie, appelée Sykar,
près du terrain que Jacob avait donné à son fils Joseph.
    Là se trouvait le puits de Jacob.
Jésus, fatigué par la route, s’était donc assis près de la source.
C’était la sixième heure, environ midi.

Derde zondag van de veertigdagentijd (A)

Patrick Lens



Derde zondag van de veertigdagentijd (A)

John 4, 5-42

In die tijd kwam Jezus in een stad van Samaria, Sichar genaamd,
dichtbij het stuk grond dat Jakob aan zijn zoon Jozef had gegeven.
Daar bevond zich de bron van Jakob
en vermoeid van de tocht
ging Jezus zo maar bij deze bron zitten.
Het was rond het middaguur.
Toen een vrouw uit Samaria water kwam putten
zei Jezus tot haar:
“Geef Mij te drinken.”

Derde zondag van de veertigdagentijd (A)

Didier Croonenberghs



Derde zondag van de veertigdagentijd (A)

John 4, 5-42

In die tijd kwam Jezus in een stad van Samaria, Sichar genaamd,
dichtbij het stuk grond dat Jakob aan zijn zoon Jozef had gegeven.
Daar bevond zich de bron van Jakob
en vermoeid van de tocht
ging Jezus zo maar bij deze bron zitten.
Het was rond het middaguur.
Toen een vrouw uit Samaria water kwam putten
zei Jezus tot haar:
“Geef Mij te drinken.”

Troisième dimanche de Carême (A)

Philippe Cochinaux



Evangile du troisième dimanche de Carême (année A)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (4, 5-42)

En ce temps-là,
    Jésus arriva à une ville de Samarie, appelée Sykar,
près du terrain que Jacob avait donné à son fils Joseph.
    Là se trouvait le puits de Jacob.
Jésus, fatigué par la route, s’était donc assis près de la source.
C’était la sixième heure, environ midi.

La philosophie du Christ

Denis Marquet



Séquence 1/4 : Le philosophe thérapeute propose une relecture des Évangiles à la méthode socratique, afin d'en dégager la philosophie du Christ. Denis MARQUET est philosophe, thérapeute et romancier. Normalien et agrégé, il a, dans sa première vie, enseigné à l’Université de Paris XII, à Sciences Po Paris et à l’Ecole Supérieure de Commerce de Paris. En 1997, il crée un cabinet de philosophe-thérapeute ; il accompagne dès lors de nombreuses personnes. Son premier roman, Colère, paru en 2001, est un best-seller traduit en 8 langues Son dernier roman paru chez Flammarion, Le testament du Roc, raconte l’histoire de Jésus vue par les yeux de son disciple Pierre. Un de ses derniers essais, La véritable philosophie du Christ : Osez désirer tout (Flammarion), présente l’enseignement du Christ comme une voie de l’abandon à la Grâce qui nous délivre de toute culpabilité et nous ouvre à l’amour.

Jacob et Ésaü

André Wénin



Séquence 6/6 : André Wénin est un théologien et exégète belge, professeur émérite à l'université catholique de Louvain-la-Neuve, qui à travers ses différents livres rend la Bible accessible au grand public.

 

Charles Libert : Je suis prof... mais je me soigne

Charles Libert

Séquence 1/2 : Né en 1968 à Bruxelles, marié et père de trois enfants, Charles Libert est l’ainé d’une famille de quatre garçons. Après une enfance heureuse et un bref passage par la fac de droit, c’est tout naturellement qu’il se dirigera vers ce qui l’a toujours tenté : l’enseignement ! Il devient instituteur en 1991, profession qu’il exercera durant 28 ans au sein de deux écoles, avant de voir sa carrière brutalement interrompue pour des raisons expliquées dans son premier ouvrage (« Je suis prof…mais je me soigne »).

Jacob et Laban

André Wénin

Séquence 5/6 : André Wénin est un théologien et exégète belge, professeur émérite à l'université catholique de Louvain-la-Neuve, qui à travers ses différents livres rend la Bible accessible au grand public.

 

L'histoire de Jacob, Rachel et Laban

André Wénin

Séquence 4/6 : André Wénin est un théologien et exégète belge, professeur émérite à l'université catholique de Louvain-la-Neuve, qui à travers ses différents livres rend la Bible accessible au grand public.

L'exil de Jacob

André Wénin

Séquence 3/6 : André Wénin est un théologien et exégète belge, professeur émérite à l'université catholique de Louvain-la-Neuve, qui à travers ses différents livres rend la Bible accessible au grand public.

La bénédiction de Jacob

André Wénin

Séquence 2/6 :

André Wénin est un théologien et exégète belge, professeur émérite à l'université catholique de Louvain-la-Neuve, qui à travers ses différents livres rend la Bible accessible au grand public.

Le cycle de Jacob

André Wénin

Séquence 1/6 :

André Wénin est un théologien et exégète belge, professeur émérite à l'université catholique de Louvain-la-Neuve, qui à travers ses différents livres rend la Bible accessible au grand public.

Des hommes et des dieux

Michael Lonsdale

Séquence 3/3Né de père anglais et de mère française, Michael Lonsdale prend des cours d'art dramatique avec Tania Balachova au début des années cinquante. Il travaille ensuite avec des amis cinéastes comme Gérard Oury, Jean-Pierre Mocky et François Truffaut. Il interprète notamment le personnage du milliardaire Hugo Drax dans Moonraker (1979) et joue le rôle du père abbé dans Le Nom de la rose (1986). Il interprète également le rôle de frère Luc dans le film de Xavier Beauvois Des hommes et des dieux en 2010. Dans cette séquence, Michael Lonsdale évoque sa rencontre du Père Régamey, son baptême et sa conversion.

Un récit de conversion

Michael Lonsdale

Séquence 2/3 : Né de père anglais et de mère française, Michael Lonsdale prend des cours d'art dramatique avec Tania Balachova au début des années cinquante. Il travaille ensuite avec des amis cinéastes comme Gérard Oury, Jean-Pierre Mocky et François Truffaut. Il interprète notamment le personnage du milliardaire Hugo Drax dans Moonraker (1979) et joue le rôle du père abbé dans Le Nom de la rose (1986). Il interprète également le rôle de frère Luc dans le film de Xavier Beauvois Des hommes et des dieux en 2010. Dans cette séquence, Michael Lonsdale évoque sa rencontre du Père Régamey, son baptême et sa conversion.

Rencontre avec Michael Lonsdale

Michael Lonsdale

Séquence 1/3 : Né de père anglais et de mère française, Michael Lonsdale prend des cours d'art dramatique avec Tania Balachova au début des années cinquante. Il travaille ensuite avec des amis cinéastes comme Gérard Oury, Jean-Pierre Mocky et François Truffaut. Il interprète notamment le personnage du milliardaire Hugo Drax dans Moonraker (1979) et joue le rôle du père abbé dans Le Nom de la rose (1986). Il interprète également le rôle de frère Luc dans le film de Xavier Beauvois Des hommes et des dieux en 2010.

Une éthique de la vie

Dominique Collin

Séquence 6/6L'Évangile est bien souvent considéré aujourd'hui comme un récit mythologique écrit dans un lointain passé et qui ne s'adresse donc plus à nos contemporains. Victime de sa longue temporalité, la Bonne Nouvelle du Christ n'est plus une nouvelle, celle-ci étant devenue aussi fuyante que l'eau dans nos mains, l'une chassant l'autre à une vitesse effrénée. Elle n'est, de même, plus prise au sérieux car appartenant au passé. Or, il n'en est rien. L'Evangile n'appartient pas au passé car il s'agit d'une parole qui nous fait penser autre chose et nous aide donc à sortir des carcans que nous nous sommes nous-mêmes forgé. La vocation même de la Bonne Nouvelle est de faire entendre au monde ce que le monde n'a pas entendu. Elle a donc, au coeur de son message, ce caractère inouï, c'est à dire "pas encore ouï". C'est ce que Dominique Collin veut nous faire prendre conscience : L'Evangile nous dit toujours du neuf. A nous de tendre l'oreille pour entendre l'in-ouï.



La Vie vivante !

Dominique Collin

Séquence 5/6L'Évangile est bien souvent considéré aujourd'hui comme un récit mythologique écrit dans un lointain passé et qui ne s'adresse donc plus à nos contemporains. Victime de sa longue temporalité, la Bonne Nouvelle du Christ n'est plus une nouvelle, celle-ci étant devenue aussi fuyante que l'eau dans nos mains, l'une chassant l'autre à une vitesse effrénée. Elle n'est, de même, plus prise au sérieux car appartenant au passé. Or, il n'en est rien. L'Evangile n'appartient pas au passé car il s'agit d'une parole qui nous fait penser autre chose et nous aide donc à sortir des carcans que nous nous sommes nous-mêmes forgé. La vocation même de la Bonne Nouvelle est de faire entendre au monde ce que le monde n'a pas entendu. Elle a donc, au coeur de son message, ce caractère inouï, c'est à dire "pas encore ouï". C'est ce que Dominique Collin veut nous faire prendre conscience : L'Evangile nous dit toujours du neuf. A nous de tendre l'oreille pour entendre l'in-ouï.



L'angoisse du "dévivre"

Dominique Collin

Séquence 4/6L'Évangile est bien souvent considéré aujourd'hui comme un récit mythologique écrit dans un lointain passé et qui ne s'adresse donc plus à nos contemporains. Victime de sa longue temporalité, la Bonne Nouvelle du Christ n'est plus une nouvelle, celle-ci étant devenue aussi fuyante que l'eau dans nos mains, l'une chassant l'autre à une vitesse effrénée. Elle n'est, de même, plus prise au sérieux car appartenant au passé. Or, il n'en est rien. L'Evangile n'appartient pas au passé car il s'agit d'une parole qui nous fait penser autre chose et nous aide donc à sortir des carcans que nous nous sommes nous-mêmes forgé. La vocation même de la Bonne Nouvelle est de faire entendre au monde ce que le monde n'a pas entendu. Elle a donc, au coeur de son message, ce caractère inouï, c'est à dire "pas encore ouï". C'est ce que Dominique Collin veut nous faire prendre conscience : L'Evangile nous dit toujours du neuf. A nous de tendre l'oreille pour entendre l'in-ouï.



La filialité

Dominique Collin

Séquence 3/6L'Évangile est bien souvent considéré aujourd'hui comme un récit mythologique écrit dans un lointain passé et qui ne s'adresse donc plus à nos contemporains. Victime de sa longue temporalité, la Bonne Nouvelle du Christ n'est plus une nouvelle, celle-ci étant devenue aussi fuyante que l'eau dans nos mains, l'une chassant l'autre à une vitesse effrénée. Elle n'est, de même, plus prise au sérieux car appartenant au passé. Or, il n'en est rien. L'Evangile n'appartient pas au passé car il s'agit d'une parole qui nous fait penser autre chose et nous aide donc à sortir des carcans que nous nous sommes nous-mêmes forgé. La vocation même de la Bonne Nouvelle est de faire entendre au monde ce que le monde n'a pas entendu. Elle a donc, au coeur de son message, ce caractère inouï, c'est à dire "pas encore ouï". C'est ce que Dominique Collin veut nous faire prendre conscience : L'Evangile nous dit toujours du neuf. A nous de tendre l'oreille pour entendre l'in-ouï.