Premier Dimanche de l'Avent

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
« Prenez garde, restez éveillés :
car vous ne savez pas
quand ce sera le moment.
C’est comme un homme parti en voyage :
en quittant sa maison,
il a donné tout pouvoir à ses serviteurs,
fixé à chacun son travail,
et demandé au portier de veiller.
Veillez donc,
car vous ne savez pas
quand vient le maître de la maison,
le soir ou à minuit,
au chant du coq ou le matin ;
s’il arrive à l’improviste,
il ne faudrait pas qu’il vous trouve endormis.
Ce que je vous dis là, je le dis à tous :
Veillez ! »

 

 

L'Évangile dans la chair : L'avenir de la parole

Séquence 5/5 : La religion catholique vit aujourd’hui une crise profonde. Mais ce qui est en train de s’effacer, ce n’est peut-être pas la Parole, source de vie pour les humains, mais un discours auquel on l’a réduite et des pratiques dont le sens s’est perdu. Si elle n’est pas dans la chair, la foi finit par s’épuiser. En mettant au jour les processus qui ont contribué à l’émergence de la crise, Myriam Tonus ouvre un espace pour penser l’avenir de la foi. Nourrie par l’écoute des textes bibliques, elle en offre dans ce livre une lecture à la fois fidèle et résolument ancrée dans le monde tel qu’il est. « Avec pertinence et profondeur, Myriam Tonus conduit le lecteur jusqu’à un point où il lui faut écouter et prendre la parole, c’est-à-dire exister. » Mgr Albert Rouet, extrait de la préface

L'Évangile dans la chair : Écouter la parole

Séquence 2/5 : La religion catholique vit aujourd’hui une crise profonde. Mais ce qui est en train de s’effacer, ce n’est peut-être pas la Parole, source de vie pour les humains, mais un discours auquel on l’a réduite et des pratiques dont le sens s’est perdu. Si elle n’est pas dans la chair, la foi finit par s’épuiser. En mettant au jour les processus qui ont contribué à l’émergence de la crise, Myriam Tonus ouvre un espace pour penser l’avenir de la foi. Nourrie par l’écoute des textes bibliques, elle en offre dans ce livre une lecture à la fois fidèle et résolument ancrée dans le monde tel qu’il est. « Avec pertinence et profondeur, Myriam Tonus conduit le lecteur jusqu’à un point où il lui faut écouter et prendre la parole, c’est-à-dire exister. » Mgr Albert Rouet, extrait de la préface

L'Évangile dans la chair : La parole faite chair

Séquence 4/5 : La religion catholique vit aujourd’hui une crise profonde. Mais ce qui est en train de s’effacer, ce n’est peut-être pas la Parole, source de vie pour les humains, mais un discours auquel on l’a réduite et des pratiques dont le sens s’est perdu. Si elle n’est pas dans la chair, la foi finit par s’épuiser. En mettant au jour les processus qui ont contribué à l’émergence de la crise, Myriam Tonus ouvre un espace pour penser l’avenir de la foi. Nourrie par l’écoute des textes bibliques, elle en offre dans ce livre une lecture à la fois fidèle et résolument ancrée dans le monde tel qu’il est. « Avec pertinence et profondeur, Myriam Tonus conduit le lecteur jusqu’à un point où il lui faut écouter et prendre la parole, c’est-à-dire exister. » Mgr Albert Rouet, extrait de la préface

L'Évangile dans la chair : La parole

Séquence 2/5 : La religion catholique vit aujourd’hui une crise profonde. Mais ce qui est en train de s’effacer, ce n’est peut-être pas la Parole, source de vie pour les humains, mais un discours auquel on l’a réduite et des pratiques dont le sens s’est perdu. Si elle n’est pas dans la chair, la foi finit par s’épuiser. En mettant au jour les processus qui ont contribué à l’émergence de la crise, Myriam Tonus ouvre un espace pour penser l’avenir de la foi. Nourrie par l’écoute des textes bibliques, elle en offre dans ce livre une lecture à la fois fidèle et résolument ancrée dans le monde tel qu’il est. « Avec pertinence et profondeur, Myriam Tonus conduit le lecteur jusqu’à un point où il lui faut écouter et prendre la parole, c’est-à-dire exister. » Mgr Albert Rouet, extrait de la préface

L'Évangile dans la chair : Introduction

Séquence 1/5 : La religion catholique vit aujourd’hui une crise profonde. Mais ce qui est en train de s’effacer, ce n’est peut-être pas la Parole, source de vie pour les humains, mais un discours auquel on l’a réduite et des pratiques dont le sens s’est perdu. Si elle n’est pas dans la chair, la foi finit par s’épuiser. En mettant au jour les processus qui ont contribué à l’émergence de la crise, Myriam Tonus ouvre un espace pour penser l’avenir de la foi. Nourrie par l’écoute des textes bibliques, elle en offre dans ce livre une lecture à la fois fidèle et résolument ancrée dans le monde tel qu’il est. « Avec pertinence et profondeur, Myriam Tonus conduit le lecteur jusqu’à un point où il lui faut écouter et prendre la parole, c’est-à-dire exister. » Mgr Albert Rouet, extrait de la préface

La liberté

La Bible s’offre à toute conscience humaine, qu’on vienne à elle par curiosité ou par soif de Dieu. En ce sens, la Bible est ouverte à une infinie variété de lectures. En un autre sens, la Bible oblige. Quiconque prétend l’expliquer doit en effet la rapporter à ce dont elle parle, à savoir Dieu et la relation qu’il instaure avec les siens. Voici le grand thème de ce livre : l’étude historique et littéraire ne suffisent pas à faire entendre la vérité de la Bible. Pour bien la comprendre, il convient de prendre acte de sa nature théologique : elle est le texte d’une révélation qui suscite chaque fois une relance de sa signification. Voilà qui oblige l’exégète et le dogmaticien à croiser leurs pas dans l’espace d’échanges de la théologie biblique, qui relie la Bible à la vie de foi aujourd’hui. Voilà pourquoi, comme le montre magnifiquement cet essai, on n’aura jamais fini de lire le Livre. Benoît Bourgine enseigne la théologie depuis 2003 à l’université catholique de Louvain, où il dirige des recherches en théologie fondamentale et dogmatique. Il est également professeur invité à l’université Saint-Louis de Bruxelles.

 

La vérité

La Bible s’offre à toute conscience humaine, qu’on vienne à elle par curiosité ou par soif de Dieu. En ce sens, la Bible est ouverte à une infinie variété de lectures. En un autre sens, la Bible oblige. Quiconque prétend l’expliquer doit en effet la rapporter à ce dont elle parle, à savoir Dieu et la relation qu’il instaure avec les siens. Voici le grand thème de ce livre : l’étude historique et littéraire ne suffisent pas à faire entendre la vérité de la Bible. Pour bien la comprendre, il convient de prendre acte de sa nature théologique : elle est le texte d’une révélation qui suscite chaque fois une relance de sa signification. Voilà qui oblige l’exégète et le dogmaticien à croiser leurs pas dans l’espace d’échanges de la théologie biblique, qui relie la Bible à la vie de foi aujourd’hui. Voilà pourquoi, comme le montre magnifiquement cet essai, on n’aura jamais fini de lire le Livre. Benoît Bourgine enseigne la théologie depuis 2003 à l’université catholique de Louvain, où il dirige des recherches en théologie fondamentale et dogmatique. Il est également professeur invité à l’université Saint-Louis de Bruxelles.

 

La grâce 2/2

La Bible s’offre à toute conscience humaine, qu’on vienne à elle par curiosité ou par soif de Dieu. En ce sens, la Bible est ouverte à une infinie variété de lectures. En un autre sens, la Bible oblige. Quiconque prétend l’expliquer doit en effet la rapporter à ce dont elle parle, à savoir Dieu et la relation qu’il instaure avec les siens. Voici le grand thème de ce livre : l’étude historique et littéraire ne suffisent pas à faire entendre la vérité de la Bible. Pour bien la comprendre, il convient de prendre acte de sa nature théologique : elle est le texte d’une révélation qui suscite chaque fois une relance de sa signification. Voilà qui oblige l’exégète et le dogmaticien à croiser leurs pas dans l’espace d’échanges de la théologie biblique, qui relie la Bible à la vie de foi aujourd’hui. Voilà pourquoi, comme le montre magnifiquement cet essai, on n’aura jamais fini de lire le Livre. Benoît Bourgine enseigne la théologie depuis 2003 à l’université catholique de Louvain, où il dirige des recherches en théologie fondamentale et dogmatique. Il est également professeur invité à l’université Saint-Louis de Bruxelles.

 

La grâce 1/2

La Bible s’offre à toute conscience humaine, qu’on vienne à elle par curiosité ou par soif de Dieu. En ce sens, la Bible est ouverte à une infinie variété de lectures. En un autre sens, la Bible oblige. Quiconque prétend l’expliquer doit en effet la rapporter à ce dont elle parle, à savoir Dieu et la relation qu’il instaure avec les siens. Voici le grand thème de ce livre : l’étude historique et littéraire ne suffisent pas à faire entendre la vérité de la Bible. Pour bien la comprendre, il convient de prendre acte de sa nature théologique : elle est le texte d’une révélation qui suscite chaque fois une relance de sa signification. Voilà qui oblige l’exégète et le dogmaticien à croiser leurs pas dans l’espace d’échanges de la théologie biblique, qui relie la Bible à la vie de foi aujourd’hui. Voilà pourquoi, comme le montre magnifiquement cet essai, on n’aura jamais fini de lire le Livre. Benoît Bourgine enseigne la théologie depuis 2003 à l’université catholique de Louvain, où il dirige des recherches en théologie fondamentale et dogmatique. Il est également professeur invité à l’université Saint-Louis de Bruxelles.

 

Nous suivre

Nous suivre sur YOuTube